4 MINUTES DE LECTURE

Feu d’artifice (n.m.) : Spectacle pyrotechnique, fait de pièces lumineuses explosant en plein air.

Un sifflement strident traverse l’air, puis soudain une explosion et les couleurs jaillissent en crépitant. Encore une, puis une autre, rose, verte, « oh la belle bleue ». Les badauds s’arrêtent, lèvent la tête, pointent du doigt : pas de doute, vous êtes bien à un feu d’artifice. Symbole de fête, le feu d’artifice est un moment esthétique par excellence : souvent réservé aux grandes occasions, ce procédé pyrotechnique inventé en Chine au VIIIe siècle est un outil de divertissement réunissant toutes générations autour d’un spectacle de sons et lumières éphémères. Son unique but : émerveiller les spectateurs et éclairer le ciel d’infinies étincelles. Feu d’artifice (n.m.) : Spectacle pyrotechnique, fait de pièces lumineuses explosant en plein air. Avant que Marco Polo n’importe cette découverte en Europe au XIIIe siècle et qu’elle soit plus massivement utilisée en tant qu’arme, la poudre a depuis longtemps servi à amuser et impressionner. Tout comme le feu d’artifice, le salon est un moment éphémère, tourné vers une esthétique qui puisse mettre en valeur ce qui est présenté à ses visiteurs. Le salon rassemble sur un temps donné, dans un lieu donné, une population tournée vers un objectif et motivée par une raison : celle d’être ici, de prendre part et de voir. Quelques minutes, devant une mairie la nuit contre quelques jours, dans une halle d’exposition. Peut-on dire que le salon est un feu d’artifice en soi ?

 

uN MOMENT SCÉNARISÉ

Si le feu d’artifice en lui-même ne dure que quelques minutes, voire quelques dizaines de minutes pour les plus importants, la préparation en amont est capitale. En effet, si le résultat est impressionnant de beauté, il ne faut pas oublier qu’il s’agit initialement d’une technologie pyrotechnique qui peut par conséquent prendre feu ou encore exploser. La définition d’une politique de sécurité est donc primordiale pour le bon déroulement de l’animation. Dans la majeure partie des cas, il faut également faire attention au calendrier afin de prévoir le moment idéal, en fonction de facteurs comme la météo, la fréquentation à cette période, les normes en vigueur sur les feux autorisés… Des précautions nécessaires lorsqu’on connait le budget pour une telle animation, qui peut représenter un véritable investissement. Dans le cadre du salon, l’ensemble de l’événement se concentre sur quelques jours seulement où la frénésie emporte exposants et visiteurs.

C’est pourtant des mois de préparation qui sont nécessaires pour la réussite d’un événement d’une telle ampleur : au-delà des considérations logistiques – stands, sécurité, organisation opérationnelle – ce sont également de nombreux facteurs stratégiques qui sont à prendre en compte. Ainsi les salons doivent consciencieusement se positionner par rapport à un calendrier (par exemple, les salons de mode qui prennent place lors de la Fashion Week), communiquer à leurs cibles et préparer l’éditorialisation et la scénographie de leur contenu afin de s’assurer que le salon soit prêt et attractif au moment venu.

Ces étapes-clé permettent un bon déroulement du salon et favorisent l’apparition de temps forts : l’excitation du lancement ; des temps plus calmes pour l’échange et le rapprochement entre les parties prenantes ; puis enfin le bouquet final qui clôt l’événement sur une note de surprise et d’excitation. Tel un feu d’artifice scénarisé, voici une feuille de route que peuvent suivre les salons dans leur mise en œuvre de l’expérience consommateur.

uN VECTEUR D’INNOVATION

Les feux d’artifice sont presque antiques, mais ils n’ont pas traversé les âges sans connaître d’amélioration. À leurs débuts, les couleurs n’existaient pas et ils étaient pour la plupart blancs ou jaunes. Depuis la découverte que l’ajout de métaux inflammables pouvait tinter les étincelles, les feux d’artifices n’ont fait que s’enrichir. Pendant longtemps symboles de richesse et de puissance, les feux d’artifices représentaient un enjeu d’innovation pour toujours surpasser les éditions précédentes et les rivaux. Aujourd’hui, le progrès et la technologie ont même permis de créer de nouvelles formes, des couleurs supplémentaires, des jeux de son, de hauteur. La main humaine a presque disparu et les feux d’artifice sont dorénavant téléguidés, chronométrés, savamment orchestrés. L’essence d’un salon est également d’être un vecteur d’innovation.

Que cela concerne le format des salons en eux-mêmes, le parcours et l’expérience du visiteur, le positionnement ou les animations proposées, le salon se doit d’innover. En effet, s’il veut représenter fidèlement un secteur mais également en être le moteur, le salon doit se servir de ce moment clé de rencontre entre de multiples acteurs d’un système pour favoriser l’innovation. C’est par exemple le cas de salons comme VivaTech, qui ont réussi à se réinventer et se renouveler pour être la représentation fidèle d’un domaine toujours en mouvement.

UN MOMENT DE PARTAGE

Enfin, le feu d’artifice est un moment de partage et de rencontre. Il réunit pendant quelques instants toute une population autour d’un moment clé. Il favorise l’échange entre les participants, laisse le souvenir d’un émerveillement. En somme, il est un rituel pour acter un événement important. Le salon peut également remplir ces objectifs, en réunissant des acteurs d’une filière à un moment et lors d’un temps donné. Aussi éphémère soit-il, il s’agit d’un moment économique d’importance où des contacts professionnels sont noués, des commandes sont passées, où le professionnel peut rencontrer sa clientèle et sa concurrence, le tout dans un petit écosystème.

L’importance du salon est de savoir favoriser ces moments de partage : conférences, keynote, start-up pitch, concours, animation innovante… De nombreux ressorts sont encore à inventer pour continuer à surprendre, rassembler et partager. Positif, esthétique, éphémère – ils n’ont pas réellement d’autre but que d’être plaisants à regarder – et rassembleurs, les feux d’artifices offrent quelques pistes de réflexion pour les organisateurs de salon et présentent des idées d’améliorations à mettre en place pour comprendre comment enrichir l’expérience que l’on propose sur son événement.