6 MINUTES DE LECTURE
Hervé Bloch

Fondateur et directeur des lesBigBoss

A l’occasion de la 7e édition de la Summer Edition organisée par les Big Boss les 20, 21 et 22 mai 2022, l’équipe de L’Innovatoire a eu l’occasion d’échanger avec Hervé Bloch, Directeur fondateur et PDG de l’entreprise.  

Nous le savons maintenant, la crise sanitaire a ébranlé la filière en la contraignant à suspendre ses événements pendant près de deux ans, ou bien en l’obligeant à s’adapter rapidement en basculant nos formats vers de l’hybride et du digital.

Depuis le printemps, la reprise bat son plein et les événements s’enchaînent, pour le plus grand plaisir des organisateurs et des visiteurs. Mais un flottement général et quelques questionnements subsistent tout de même : le digital répondait-il à un besoin ponctuel de business urgent ? Faut-il continuer à développer le format hybride ? Comment fédérer nos communautés entre deux événements et surtout comment les faire revenir en présentiel lorsque les avantages du distanciel ont bien été intégrés ? Comment travailler sur le réenchantement de l’expérience événement ?

Il y a toujours des apprentissages et des opportunités à tirer d’une crise. Les business Meetings en one to one, un format d’événement qui a déjà bien fait ses preuves avant la pandémie, pourraient-ils être un des éléments de réponse à l’évolution de nos rencontres en présentiel ?

« Parce qu’elles manquent d’émotion ou de dimension humaine, les rencontres digitales et même hybrides ne sauraient remplacer les événements en présentiel »

Le concept Big Boss

Hervé Bloch : J’ai créé les BigBoss il y a 9 ans. C’est un format radicalement différent et plus exactement un format de mise en relation business. On utilise l’événementiel, mais le cœur de tout ça, c’est la mise en relation.

La relation entre un décideur, celui qui a la capacité à engager des projets, des budgets, qui sait définir la maturité de ces projets et qui est dans une taille d’entreprise plutôt ETI ou grands comptes.

En face, nous avons les prestataires. Historiquement plutôt des prestataires autour de la digitalisation, mais aujourd’hui, nous avons ouvert cela à toutes les autres sphères : influence, datas, relation client…

Ces deux parties doivent pouvoir se parler. Le décideur doit pouvoir updater ses compétences, ses connaissances sur tous ces sujets Web1, Web2, Web3. Ces derniers sont très souvent sollicités et les prestataires, eux, ont donc besoin d’avoir un temps d’écoute de leurs parts.

La Summer et la Winter Edition leur permettent ainsi d’être dans un contexte relationnel où ils seront plongés dans une bulle pendant trois jours, où ils vont s’immerger, où ils vont prendre le temps d’écouter, se faire surprendre et donc derrière de créer un moment relationnel qui va favoriser du business.

Un retour au physique avant tout

« Nous sommes des animaux relationnels ».

Hervé Bloch : Nous avons besoin de nous observer, de s’identifier, de se sentir, de se renifler, de se découvrir … Et tout ça ne se fait pas à travers un écran.

Comme on dit : « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois ! ». Alors, quand on ne peut rien faire d’autres, autant faire une visio plutôt que rien. Mais dès que l’événementiel physique a pu reprendre en juin 2021, on l’a fait. Et, mélanger les deux, ça ne fonctionne pas, car ceux qui ont fait l’effort de se déplacer n’ont pas envie de discuter avec les autres via une tablette ou un logiciel.

Bien-sûr, il peut y avoir un contexte international et avoir 5 à 10% d’interactions digitales dans un événement physique, mais chez les Big Boss, nous préférons surtout parler de moment. Des moments physiques et des moments digitaux.

Par exemple, pour une convention nationale, nous pouvons imaginer que tout se fait online et qu’en fin de journée, la partie premium, se fait sous forme d’afterwork en présentiel.

Selon moi, des moments digitaux et des moments physiques ont donc du sens. Mais à choisir entre physique et digital, je choisirai toujours le physique à 100% !

Les futurs projets et nouveautés pour les Big Boss

En 2020, au moment du premier confinement, les Big Boss ont identifié une solution qui nous a permis de digitaliser nos événements : Vimeet. Finalement, nous avons décidé de prendre une participation majoritaire à leur capitale.

Ils avaient, à ce moment-là, dans leurs cartons, un projet qui s’appelait « Vimeet 365 », qui permet d’animer une communauté BtoB toute l’année. Nous avons donc adapté ce projet à l’univers Big Boss, que l’on a renommé « Big Boss 365 ».

Nous avons une communauté avec 6000 décideurs qui ont fait au moins un événement sur les dernières années, ainsi que 500 partenaires actifs… C’est une communauté que l’on anime à travers des événements physiques. Mais, désormais, également à travers des inspirations et interactions digitales, en créant des moments où à l’instant T, on peut, à travers une plateforme digitale, choisir le prestataire le plus pertinent et qui répond à notre besoin, et avoir une vision quasiment instantanément.

Donc l’idée, c’est d’avoir un événementiel physique pour cristalliser une communauté et des interactions digitales pour créer, à l’instant T, une réponse à un besoin et à la demande.

La Summer Edition, un événement business one-to-one reconnu

Après trois ans d’absence, la 7e édition de la Summer Edition s’est donc tenue en Grèce les 20, 21 et 22 mai 2022.

C’est un total de 700 décideurs et acteurs du digital, e-commerce, communication, data et CRM qui se sont donc réunis pour ce moment d’exception.

Une édition record et le plus grand opus réalisé depuis la création des événements les BigBoss avec :

  • Plus de 7000 rendez-vous business sur deux sessions de 10 speeds datings business, ainsi que plus de 1000 meetings d’approfondissement de 15 minutes.
  • Une conférence sur le sujet du Web3, du metavers, de la crypo et des NFT et des ateliers clients. En lien avec cette thématique forte, une collection exclusive de 800 NFT a été créée et distribuée à tous les participants spécialement pour l’occasion !
  • Une cérémonie « LesBigBoss Awards » qui a sacré 8 lauréats dans 7 catégories business (Awad du BigBoss Success pour un prestataire et un décideur, award du Business Partner, award du prestataire le plus performant, award du coup de cœur de la startup et enfin award du Big Deal de l’année), présidé par un jury de 30 décideurs du digital.
  • Un engagement sociétal fort avec le soutien de l’association Tout le monde contre le cancer, fonde par Nicolas Rossignol à travers un appel aux dons et une initiative de cooptation.

Des évolutions depuis la création de la Summer Edition ?  

Hervé Bloch : L’événement que représente la Summer a bien évidemment évolué depuis sa création.

Depuis le début, nous mesurons tout le R.O.I et je peux annoncer aujourd’hui que l’on a franchi les 170 millions de chiffre d’affaires généré par les partenaires sponsors des événements, auprès des décideurs qu’ils ont rencontrés ici. Là, je parle du premier deal signé et la plupart des relations créées entre décideurs et prestataires vont se faire sur plusieurs années, ce qui permet à l’arrivée de créer une multitude de chiffre d’affaires complémentaires. C’est vraiment quelque chose d’important !

Ensuite, on a vécu le web.1, puis le web.2 avec l’influence et les communautés, puis le Web.3, qui est au cœur de l’édition 2022. Nous avons d’ailleurs créé, pour l’occasion, une collection de NFT et organisé une conférence et des ateliers sur le sujet du métavers avec une quinzaine de prestataires qui réfléchisse beaucoup à toutes ces évolutions. Prestataires qui ne travaillaient d’ailleurs pas sur le metavers à la base, mais qui ont migré depuis l’univers du gaming, de la réalité virtuelle, des univers immersifs… donc forcément ils plongent aujourd’hui dans un univers qui va bouleverser les logiques.

J’ai pu remarquer que l’approche très orientée acquisition, avec l’achat de mots-clés sur Google par exemple, il y a quelques années quand on faisait du digital, s’est développé avec un gros travail sur la conversion, le contenu, la data, l’émotion… et c’est donc tout cela qui va finalement favoriser une conversion et une accélération digitale.

Un mot pour le lecteur ?

Hervé Bloch : L’événementiel physique doit se réinventer. La covid a obligé les gros acteurs à se réinventer. Je pense qu’il faut de l’agilité, garder tout ce que l’événementiel fait de bien en relationnel, mais qu’il faut écarter tout ce qui est superflus. Le visitorat peu qualifié, les expositions sans intérêt… il faut vraiment travailler l’émotion et le contenu !

Pour résumer, je dirais que mon activité fonctionne autour de trois acronymes : le R.O.I (le retour sur investissement pour les partenaires), le R.O.T (retour sur le temps, notamment celui gagné par un décideur durant l’événement) et puis le R.O.E (retour sur émotion).