5 MINUTES DE LECTURE
Raphaël Bosch Joubert

Président de l'agence 22EME SIECLE

Nous vivons une époque charnière pour l’humanité. Il est urgent de transformer notre modèle de civilisation. Avec la création de 22EME SIECLE en 2014, l’objectif est donc d’y contribuer.

L’événement sera le cœur du réacteur !

Nous considérons l’événement comme un méga outil. Il est malléable, adaptable. Il est ouvert à l’exploration et aux expérimentations. Le concept d’événement peut être chargé de sens. Ce que l’on en fait, la manière dont on le fait peut devenir exemplaire et inspirer les autres. C’est un véritable couteau Suisse qui permet de déployer à 360° tous les outils créatifs et de communication pour offrir une expérience et transmettre des messages de la manière la plus efficace. Pour celles et ceux qui vivent l’expérience, c’est un terreau fertile, créateur de liens forts qui marque les mémoires et ouvre de nouvelles voies de collaborations.

Plus qu’une agence de communication événementielle, nous sommes une société à impact positif fondée sur un concept innovant et responsable dans sa démarche.

Non seulement l’agence accompagne à 360°des entreprises, ONG, institutions et collectivités territoriales à se dépasser positivement pour forger des futurs souhaitables. Mais à travers notre LABOxP, sorte de centre R&D événementiel, nous expérimentons de potentielles innovations pour mieux les intégrer au présent.

L’événement est abordé au sein de 22EME SIECLE comme un outil de transformation de notre monde.

L’événement et l’exemplarité pour essaimer

L’exemplarité fonctionne à plein quand se réalise le phénomène de boule de neige. C’est par le mouvement naturel des choses que les participants, les visiteurs reprennent à leur compte une idée, un concept, un nouvel usage, une nouvelle technologie. L’exemplarité pour essaimer est un objectif inhérent à l’événement chez 22EME SIECLE.

Pour nous, l’événement est important tant dans sa forme que dans le fond. C’est un médium puissant et donc sa visibilité doit pouvoir servir les autres comme objet d’inspiration. Breveter une idée, au regard des enjeux du 21ème siècle, apparaît alors comme un gâchis. Une idée doit au contraire et au plus vite, vivre et être véhiculée pour être appropriée par d’autres, améliorée et servir le plus largement les élans de transformation positives.

Un concept d’événement inventé au sein de 22EME SIECLE est dans sa genèse imaginé pour être partagé, disséminé positivement.

Prenons un exemple très récent. 22EME SIECLE accompagne le Ministère de la Transition écologique depuis 3 ans pour célébrer l’anniversaire de l’Agenda 2030. En 2021, seconde année de la décennie de l’action, l’équipe reçoit un cahier des charges qui impliquait “de donner la capacité à agir aux acteurs engagés pour l’Agenda 2030”.

Nous avons proposé et développé La France En Transition Saison 2 sur 4 courts mois. Tout a été mis en place pour que les dizaines de structures participantes s’inspirent et prennent à leur compte le dispositif visant à créer des liens de coopération effectifs. L’événement public a eu lieu en septembre et il a été entièrement co-construit par une multitude d’événements unis par un processus de mobilisation et de labellisation. Les lauréats ont été invités à vivre le “Parcours Empowerment”. Une série d’ateliers d’intelligence collective axée sur l’activité des structures. Nous avons mis en valeur les offres de services, identifié leurs points de blocage et lors de l’Assemblée des Solutions, nous avons créé des ponts entre les besoins et les ressources.

Cette expérimentation inédite a démontré en live que face à la complexité des Objectifs de développement durable, cheval de bataille de toutes ces organisations participantes, la coopération est sans nul doute une réponse simple pour s’offrir collectivement une chance de réussir.

L’exemplarité du dispositif a fonctionné si l’on se réfère aux retours d’expérience des parties prenantes lors de l’émission livestream tournée en clôture de cette saison 2. Chacun des participants peut donc dupliquer la recette dans son propre réseau et à sa manière,… il sait que cela fonctionne.

Notre réponse au cahier des charges a donc été non seulement d’augmenter la capacité à agir des acteurs mais également de créer un mouvement né de l’exemplarité avec un but beaucoup plus large : celui de créer une dynamique de coopération, condition sine qua non pour réussir les 17 Objectifs de développement durable… au cours des 8 prochaines années.

Autre exemple qui préfigure cette démarche au sein de 22EME SIECLE. En 2009, lorsque qu’avec l’équipe Léonyx, nous organisons le premier événement éco-conçu au festival des Nuits Sonores, c’est avec l’ambition de sensibiliser aux changements climatiques non seulement le public et les artistes dans un cadre hors-norme (pour l’époque) mais c’est aussi avec l’objectif de créer de l’exemplarité et un phénomène en cascade auprès des producteurs de spectacle de la région.

L’idée était de démontrer que dans le cadre d’un événement dédié aux musiques électroniques, nous pouvions imaginer le concept et sa mise en œuvre en prenant en compte son empreinte écologique.

Si dans un cadre festif et artistique, nous sommes en mesure d’être plus intelligent et logique face aux bouleversements climatiques alors il y a toutes les raisons de réussir dans les autres secteurs d’activités professionnels y compris dans sa vie privée.

Alors, nous nous sommes attachés à privilégier des prestataires “responsables” et surtout locaux. La même démarche a été effectuée pour réaliser la programmation artistique, musicale et scénique. Nous avons fait la promotion des talents régionaux. Le transport est un poste qu’il ne faut pas négliger. En 2009, nous avons fait partie des premiers clients des Éco-cup et avons mis en place un système de consigne. Cela a réduit considérablement les déchets pour lesquels nous avons mis en place le tri sélectif. Côté énergie, nous avons fait des recherches sur les équipements techniques (sonorisation, lumières, vidéo projection) pour choisir ceux qui étaient les moins énergivores. Pour s’assurer que notre empreinte énergétique était la plus sobre, nous avons choisi une salle alimentée par un fournisseur d’énergie produite de manière locale et renouvelable. La décoration a été réalisée par des artisans chaudronniers à partir de matériaux récupérés dans des ferrailleries. Les sculptures créées n’ont pas été mises au rebut mais ont été cédées à des propriétaires qui ont fièrement orné leurs jardins.

Tous ces éléments devraient paraître “presque” normaux aujourd’hui, mais à l’époque nous sommes passés plus pour des fous que des innovateurs. Et pourtant, nous avons gagné notre pari et l’exemplarité à fonctionné à plein. L’événement éco-conçu a inspiré nombre de producteurs d’événements de manière immédiate (au moins ceux de la Région Auvergne-Rhône Alpes) et, bien entendu, a interrogé les participants venus faire une fête plus en phase avec leur époque.