6 MINUTES DE LECTURE
Tristan Desplechin

CEO et co-fondateur chez Dream Factory

Le secteur événementiel connaît de grandes évolutions, et cela, même avant la crise de la Covid 19. L’immersif, l’essor de nouvelles technologies, l’innovation, les nouveaux formats comme le théâtre immersif en sont ainsi des exemples.

Tristan Desplechin, CEO et co-fondateur chez Dream Factory nous propose donc ici ses réflexions sur le sujet de l’enrichissement et le ré-enchentement de l’expérience client à travers des exemples concrets. 

L’Expérience Economy

L’Experience Economy”, théorisée par B. Joseph Pine II et James Gilmore (1), décrit le phénomène qui fait que les clients veulent vivre des expériences mémorables et marquantes. Phénomène présent dans tous les secteurs. La filière événementielle n’y échappe donc pas. Les expériences sont plus ergonomiques, fluides, interactives; le numérique permet d’enrichir l’expérience, de l’augmenter, de favoriser l’accès au plus grand nombre.

Un des véritables fers de lance de cette évolution est l’avènement des expériences immersives. Le mot immersif est désormais bien connu et démocratisé auprès du grand public. Une définition que nous aimons bien chez Dream Factory est celle de Yann Garreau et Charlotte Amélie-Veau du blog UXImmersive et créateurs de Onyo, un monde Inouï. Suite à la réalisation d’un tour du monde sur le sujet de l’immersion, ils ont acquis une connaissance accrue du sujet.

Une expérience immersive invite ses participants à entrer dans une création dans laquelle les frontières entre le réel et l’imaginaire sont floues dans le but de considérablement impacter leurs ressentis et / ou modifier leurs comportements” (2)

Au même titre que de multiples secteurs ont leur rapport annuel, réalisé par de grands cabinets de conseils, l’immersif a son étude réalisée par No Proscenium. Dans cet excellent rapport de 2020, No Proscenium révèle les chiffres suivants :

  • L’industrie du divertissement immersif est évaluée à 61,8 milliards de dollars en 2019 avant l’épidémie du Covid-19 (+19% yoy).
  • Plus de 775 nouveaux projets immersifs ont été créés en 2019 dans le monde. (3)

@Crédit : Immersive Entertainment Industry Annual Report – Written by Ricky Brigante & Sarah A.S. Elger – Editor : No Proscenium

Ces projets sont principalement portés par le marché américain. Mais, la France tire son épingle du jeu avec des lieux comme l’Atelier des lumières, ou encore le boom de l’escape game avec plus de 800 établissements aujourd’hui en quelques années et le développement du théâtre immersif.

Un rapport du CNC (4) illustre les bonnes performances de ces nouvelles formes d’événementiel.

@Credit Expériences immersives des nouvelles pratiques culturelles dans l’espace public

Les participants ont ainsi de nouvelles attentes : être acteurs de leur expérience, s’évader du quotidien, être plongés dans des univers nouveaux, fictionnels, être sollicités sur l’ensemble de leurs sens, mieux se connecter et se rencontrer.

L’avènement du digital

La crise du Covid a considérablement accéléré le développement des formes numériques d’événement. De nombreux acteurs culturels ont d’ailleurs numérisé leurs collections d’oeuvres en ligne afin de maintenir le lien avec leurs communautés.

Le Louvre a ainsi permis aux touristes chinois de réaliser des visites en ligne grâce à un partenariat avec Fliggy, la filiale Voyage du groupe Alibaba. Plus de 380 000 internautes ont pu assister à la première visite virtuelle du Louvre, depuis la Chine.

Des acteurs du théâtre immersif ont également franchi le pas du 100% digital. Notamment la Compagnie Big Drama avec “Parfum de Famille”, une enquête immersive en ligne, ou  encore avec “Mondes sauvages”, une adaptation de L’ours de Tchekhov mis en scène via Zoom. À l’échelle mondiale, le succès du concert virtuel du rappeur Travis Scott organisé par Epic Games sur la plateforme Fortnite, a rassemblé plus de 12 millions de participants en simultané : un véritable record pour un événement de ce genre.

Les entreprises ont également fortement accéléré la numérisation de leurs outils, l’équipement de leurs salariés et le télétravail. Des séminaires d’équipe se sont même tenus en 100% virtuel !

La fin de la crise sanitaire, le retour du physique

La crise du Covid n’a cependant pas permis de nous faire complètement adhérer à ces nouveaux formats, ni de faire émerger de véritable business model sur des formats d’expériences culturelles 100% digitales (hormis bien sûr pour l’industrie du numérique et du jeu vidéo qui sont en plein boom).

Le retour des salariés en présentiel et les chiffres de réouverture des lieux événementiels montrent un souhait important de se retrouver et de réapproprier les espaces qui leur ont tant manqué.

Le numérique a cependant ouvert de nouvelles perspectives pour le média que représente l’événement. Un accès à une audience élargie, la personnalisation complète de l’expérience client, l’accélération des usages en réalité augmenté, un confort plus que présent…  L’évolution de notre société et de notre rapport à l’écologie a également fait en sorte que de plus en plus de personnes et d’entreprises sont moins enclins à prendre l’avion (5) et à se déplacer. La volonté des publics de limiter leur bilan carbone et plus globalement leurs coûts, renforce également ces tendances.

Quant au boom du metaverse et cette possibilité de connecter physique et digital dans des univers forts et interactifs, est bien évidemment à scruter de près avec de grandes évolutions à venir dans les prochaines années.

De belles expériences culturelles hybrides se sont déjà installées en France depuis quelques semaines comme Le Bal de Paris de Bianca Li ou encore Eternelle Notre-Dame.

En parallèle, dans un monde ultra connecté, les individus ont de plus en plus besoin de couper. Les entreprises organisent notamment désormais des retraites pour leurs équipes pour se reconnecter, recréer de la cohésion sociale et se déconnecter du numérique.

L’immersif a enfin un impact social fort : c’est un moyen puissant pour mieux se projeter et prendre conscience de futurs possibles et ainsi créer des effets déclencheurs pour agir et créer les conditions pour un avenir meilleur. (6)

La vision Dream Factory

Fort de ces constats, chez Dream Factory, notre ambition est de faire vivre physiquement au visiteur/utilisateur ses fictions préférées et ainsi les reconnecter avec leurs imaginaires. À la frontière du cinéma, du théâtre immersif et des jeux vidéos, Dream Factory propose des événements mêlant spectacle vivant, technologies et nouvelles narrations.

Une expérience Dream Factory c’est vivre le film plutôt que de rester spectateur ; c’est la possibilité d’interagir avec les personnages, les observer de près et ainsi découvrir des facettes de l’histoire auxquelles personne n’a encore eu accès. Nous croyons à des modèles hybrides, où expériences physiques et digitales se côtoient, et où l’expérience d’un monde fictionnel nous amène à nous interroger sur le monde dans lequel nous voulons vivre.

Quelques illustrations concrètes :

En amont de l’ouverture de l’expérience, une pré-expérience hybride introduit l’univers du film en mêlant narration digitale et expériences physiques éphémères. L’expérience digitale donne la possibilité de créer son personnage et de se plonger dans l’histoire. Les participants ont l’opportunité d’échanger avec les personnages du film, qui ont des comptes sur les réseaux sociaux. Des chatbots type AI Dungeon permettent via des outils de deep learning d’explorer les différentes facettes de l’histoire et de générer des intrigues ouvertes et illimitées.

Pour les plus téméraires, certaines histoires leurs donnent rendez-vous dans des lieux physiques (Alternate Reality Game) pour des interactions exclusives permettant de faire progresser la narration collective. Le but de cette pré-expérience mêlant digitale et physique est de ne plus être un spectateur mais d’être impliqué émotionnellement et physiquement pour devenir un véritable participant de l’expérience.

Pendant l’immersion, nous proposons une expérience hybride. Notre ambition est que quiconque voulant vivre une expérience Dream Factory, même à l’autre bout du monde, puisse le faire et interagir avec les participants présents en physique.

En plus de l’expérience immersive, seront proposés des débats et conférences, à distance et en physique, avec des sociologues, philosophes, journalistes de référence autour des thèmes du film pour prolonger l’expérience et interroger la société au prisme du cinéma.

En conclusion, d’innombrables perspectives excitantes pour l’industrie et de possibilités offertes par ces différents canaux. Chez Dream Factory, nous nous appuyons sur un écosystème de partenaires technologiques et du spectacle vivant pour proposer l’expérience la plus riche possible au spectateur en fonction du film et de l’univers choisi et sommes convaincus que le théâtre immersif est un élément clé de l’événementiel de demain !

 

Source:

(1) Pine, B. Joseph II and Gilmore, James, “Welcome to the Experience Economy,” Harvard Business Review, July 1, 1998